Adeptes de Dionysos

Guilde de SmileysCities
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Un rondouillard dans le brouillard

Aller en bas 
AuteurMessage
kafe_jolimome



Nombre de messages : 9
Date d'inscription : 22/05/2008

MessageSujet: Un rondouillard dans le brouillard   Jeu 22 Mai - 11:28

Alors que les brumes matinales tardaient à se dissiper autour des berges, d'étranges craquements sourdaient au loin, qui faisaient sans nul doute penser à un mâchonnement incessant de pâtisseries croustillantes. Cette rythmique lancinante s'accompagnait bientôt d'une mélopée en sourdine, comme si la bouche fredonnait à la manière d'un instrument à vent bouché.

#Pomff pfom-pfom-pfomff, crounch-crouch...#

Enfin, le brouillard désépaississait le mystère, laissant entrevoir derrière des volutes paresseuses une espèce.... d'œuf de kigoure géant... En fait d'oeuf, il s'agissait en réalité d'un adipeux bonhomme qui avançait vers la rive, les commissures bien garnies de restes de petits gâteaux. L'individu était coiffé en fougères et son accoutrement hirsute contrastaient fortement avec son air affable et bonne pâte, mais il était une chose dont on pouvait être sûr au premier coup d'oeil : le replet était un bon vivant.

Arrivé au bord de l'eau, le bonhomme se déchaussa et, tout en piochant continuellement des pâtisseries dans une imposante besace qu'il portait en bandoulière, il se mit à héler le Passeur :


"Ohé de la pagaie ! J'viens solliciter une traversée vers l'île de tous les agréments et de la volupté, mon bon seigneur ! Mon nom est Kafê Jolimôme, de la cité de Ralame et j'suis là pour devenir l'un des vôtres, si vous voulez bien de moi.
Alors, bien sûr, j'suis pas v'nu les mains vides, hein, forcément. Bon, les p'tits gâteaux secs, y en a plus, ça part trop vite, ces machins-là, mais j'ai apporté d'la gueuze. Ah ben non, j'ai fait la sieste de trop et j'ai tendance à têter du goulot en ronquant... Bah, heureusement que j'avais prévu l'coup, j'ai aussi des quiches aux quatre viandes et aux sept fromages. Les quiches, c'est sacré, j'y ai pas touché. Et pour la traversée, j'ai un p'tit jus d'myrtille frottée au gingembre, vous m'en direz des nouvelles !"


Ce trop long discours sembla avoir raison de la résistance du bonhomme Jolimôme qui s'affala dans les hautes herbes pour piquer un vibrant roupillon dans l'attente d'une réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
le passeur

avatar

Nombre de messages : 140
Date d'inscription : 28/10/2006

MessageSujet: Re: Un rondouillard dans le brouillard   Jeu 22 Mai - 16:40

Comme à son habitude (mauvaise diront certains) c'est la vache du Passeur qui vint en premier lieu accueuillir le nouveau venu. Il semblait l'attirer particulièrement celui-là.

Était-ce du, à son couvre chef fort apétisant ou à son déhanchement agicheur, mais notre Béatrice venait de trouver homme à son sabot.



Heureusement, Le vieux Passeur qui était un lève tôt, arriva à la rescousse du nouveau seigneur.

-Veuillez cher ami excusez la hardiesse de ma chère Béatrice. Elle a une facheuse tendance à la curiosité ce qui l'amène souvent dans des situations peu enviable.

Je vois que vous arrivez à peine, désirez vous prendre le thé ou passer directement à l'ile des plaisirs afin d'annoncer votre venue. J'ai justement des petits pains chauds tout juste sortis du four et de la confiture de mrtilles que je fais moi même.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kafe_jolimome



Nombre de messages : 9
Date d'inscription : 22/05/2008

MessageSujet: Re: Un rondouillard dans le brouillard   Jeu 22 Mai - 22:54

Réveillé assez brusquement par les coups de cette langue-massue, Kafê Jolimôme faillit perdre de surprise son chapeau de paille dans l'eau.

"Diantre de fourbi à potage ! Une vache peu farouche !"

Passées les premières secondes d'ahurissement, Kafê, qui de son côté n'était pas homme à s'en laisser compter une, leva un sourcil en coin tout en se demandant si le spécimen mâchouilleur en présence était une vache à lait...

"Mmm... du bon lait chaud prélevé à la source..."

Ainsi songeait-il fortement à se coller aux pis de la belle, faisant fi de tout scrupule ou de toute bonne manière quand il s'aperçut de la présence du vieil homme.

"Mes hommages, monseigneur. On a effectivement souvent l'impression que je viens de débarquer, hé, hé ! Mais trève de plaisanterie, permettez-moi de me présenter : je suis Kafê Jolimôme, seigneur de la cité de Ralame dans la Province de Vance et parmi tous les plaisirs, ceux gustatifs sont mes favoris. Alors je ne puis certainement pas, après ces quelques mots, refuser une légère collation. Ainsi pourrons-nous vanter chacun le jus de myrtille de l'autre jusqu'à plus soif. Mais soyez prévenu que le mien est dit pétaradant du fait du gingembre frotté aux baies."

Avec malice et complicité, Kafê sortit de sa besace un large flacon à base évasée à l'intérieur contenant un liquide mauve vif et légèrement visqueux.
Puis, un clin d'œil plus tard, il rangea sa liqueur en précisant que d'abord, il fallait bien entendu prendre le thé...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
le passeur

avatar

Nombre de messages : 140
Date d'inscription : 28/10/2006

MessageSujet: Re: Un rondouillard dans le brouillard   Ven 23 Mai - 19:03

C'est avec un certain plaisir que le vieux Passeur se dirigea vers son humble demeure pour préparer le thé et les petit pain pour son invité. Cela faisiait un moment déjà qu'un seigneur était passé par chez lui et il allait surement en profiter pour faire un brin de jasette et apprendre quelques nouvelles du royaume.

Il sortit donc, une nape à pois pour couvrir sa table, des tasse de porcelaine venant de regions lointaines et son service de thé d'ou l'on pouvait sentir les effluves d'un thé de bonne qualité que lui procurait JJcosto pour payer ses services.

-Et voilà mon bon m'sieur. Je peux vous appeler Kafe? Ou Sieur Jolimôme ? Prenez place à ma table et dégustons ces petits pains. Je peux vous mettre un nuage de lait frais dans votre thé depuis que Béatrice est ici, j'ai quelques avantages et un peu de compagnie. Ca me change des Humeurs du monstre du Lac.

Dites-moi? vous venez de quelle région de notre beau royaume et que recherchez vous chez les Adeptes. à part, bien sur les plaisirs de la vie et de la bonne chair.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kafe_jolimome



Nombre de messages : 9
Date d'inscription : 22/05/2008

MessageSujet: Re: Un rondouillard dans le brouillard   Sam 24 Mai - 0:31

Kafê Jolimôme accueillit avec déférence les petites attentions méticuleuses que le vieillard accordait au dressage de la table. C'étaient-là des manières que certains disaient d'un autre âge, mais que le seigneur de Ralame appréciait intérieurement.

Citation :
-Et voilà mon bon m'sieur. Je peux vous appeler Kafe? Ou Sieur Jolimôme ? Prenez place à ma table et dégustons ces petits pains. Je peux vous mettre un nuage de lait frais dans votre thé depuis que Béatrice est ici, j'ai quelques avantages et un peu de compagnie. Ca me change des Humeurs du monstre du Lac.
"Mille merci pour votre accueil digne d'un prince d'orient, Passeur. Un soupçon de lait n'est pas de refus. Après une première gorgée de l'infusion troublée par quelques gouttes de lait, Kafê ajouta : Je puis dire que les caprices et batifolages lacustres du monstre sont légendaires jusqu'à chez moi. Son naturel joueur a d'ailleurs fait l'objet de plus d'une chanson.
Et point besoin de cérémonial, appelez-moi simplement Kafê. On ne me donne du Sieur Jolimôme que lors des doléances ou quand il faut danser, lorsque l'humeur de ma cavalière se fait guillerette sous l'effet de mes palabres enjôleuses."

Ces derniers mots firent s'esclaffer l'hôte du bonhomme Jolimôme. Sans doute quelque souvenir de guinche lui revenait-il en mémoire... Après avoir essuyé un lointain souvenir qui perlait au coin de l'œil, le Passeur s'enquit des motivations de son visiteur.

Citation :
Dites-moi? vous venez de quelle région de notre beau royaume et que recherchez vous chez les Adeptes. à part, bien sur les plaisirs de la vie et de la bonne chair.
Kafê Jolimôme prit d'abord le temps de finir la dernière bouchée de son petit pain, au passage aussi moëlleux qu'une brioche, puis il sirota le fond de sa tasse avant d'essuyer délicatement une grosse miette qui lui barrait la joue droite.

Ce n'est qu'alors qu'il tâcha de satisfaire la patience du vieil homme en parlant de la beauté de son domaine, autrefois simple masure de garçon-porcher (ou piggoteux comme on dit par chez lui) bâtie par son père au fond d'une doline boisée, à la pointe Sud-Est de la Province de Vance.

Bien qu'il fût éduqué juste assez pour décoller la tourbe de ses chausses, Kafê était doté d'une âme contemplative avide de nouvelles expériences. A l'âge de 15 ans, il quitta ses parents pour découvrir le monde, mais soit qu'il fut trop naïf, soit que les circonstances lui étaient malheureuses, le gamin se fit dépouiller comme un sagouin passée la rivière Beour, à quelques lieues de son trou.
Crotté, détroussé et meurtri, il s'efforçait de rebrousser chemin clopin-clopant quand une embrasure de porte, ou du moins, un gaillard taillé comme tel, le ramassa à la petite cuillère.

Après plusieurs semaines de convalescence, le jeune homme reprit goût à la vie, grâce notamment à la qualité des soins prodigués par son sauveur. L'homme était un vieillard au caractère trempé dans de l'avoine fermenté, mais ses colères passaient aussi vite qu'un orage de fin d'été. Il parlait peu, mais la précision de ses gestes valait cent paroles. Enfin, quand le vieux ouvrait son porte-ratiches, il pérorait le plus souvent des insanités sans queue ni tête.

Se sentant redevable envers le vieil homme siphonné du grisou, Kafê oublia ses velléités exploratrices et décida de rester à son service quelques temps. Finalement, il reçut encore une fois plus qu'il ne donna, car le pâtriarche, quoique sénile, lui enseigna les rudiments du travail du bois, du fer et de la terre, comment profiter avec parcimonie de la générosité cachée de la nature, ainsi que les rires idiots et enfumés des longues nuits passées sous le signe de la quetsche distillée.

Arriva le jour où le vieux flanqua un coup de bêche sur le crâne du gamin.


"Fluide de clown de paltoquet emmanché du bulbe ! Qu'esstu m'racles encore la glotte à user ma banquette ? On t'attend d'puis des mois chez toi et toi, tu ronques ! J'suis pas d'ici, moi ! J'suis l'Dieu des Planqués et des Couche-tard ! C'est moi qu'ai inventé le truc pour s'gratter l'fondement contre l'écorce des arbres ! T'as pas des planches à clouer, grouillot ? Allez, tu peux prendre un fût d'quetsches, j'y peux rien pour ceux qu'ont des hérissons à la place des miches. Saletés d'échardes ! ..."

Laissant le vieux divaguer plus qu'à l'accoutumée, Kafê partit et, songeur, prit le chemin du retour. Après plusieurs jours de marche éhylique, un fût de plus en plus léger sur le dos, il dévala le flanc de la doline, s'apprêtant à retrouver son père perdu au milieu de ses cochons, sa mère faisant sa caleuse sur la pâte à pain et le chien sans nom qui irait aboyer à son approche.

Au lieu de ce tableau nostalgique, Kafê Jolimôme tomba sur une espèce de campement de fortune qu'on hésitait de qualifier de "planté dans la boue" tant il semblait plutôt que c'était la boue qui avait élu domicile sur le camp. Une cinquantaine d'âmes errait péniblement dans un fourbi incroyable.
Enfin, Kafê aperçut ses parents, aussi perdus que les étrangers. Au milieu des pleurs maternels et des tapotements paternels, il apprit que ces gens étaient là depuis déjà plusieurs mois, soi-disant guidés par une prophétie fumeuse qui prétendait les mener jusqu'à la terre promise. Ou à la boue promise. On verrait sur place avait dit le prophète. Alors, ils devraient ensemble faire renaître la mythique cité de Ralame des Jumeaux Fratricides, mais ceci était une autre histoire.

Encore vitreux de la tête à cause des vapeurs d'eau de vie, Kafê comprit cependant que tous ici n'attendaient qu'une chose simple : un gars qui tendrait le doigt que tous contempleraient, vers un avenir que seules quelques exceptions tenteraient de discerner.

Ainsi naquit Ralame, au milieu de la boue et des cochons attardés.


"Mais il me fallait un soutien sur quoi m'appuyer, vous pigez ? bredouilla Kafê au Passeur à moitié assoupi en entamant une seconde fiole de myrtille. Des gens de bon conseil, des sages ou des ivrognes capables de m'écouter ou de partager une bouteille. J'ai parfois du mal à discerner mes citoyens des porcelets de mon père tellement ils sont parfois bons qu'à me fixer. Et puis, l'idée d'avoir un hâvre pour m'y réfugier de temps en temps n'est pas pour me déplaire. Ne rien faire d'autre que... RRRRON-RRROONN"

La journée s'était vite écoulée dans la cabane du Passeur et désormais, seul un concert de ronflements semblait y battre la mesure pour les deux endormis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
le passeur

avatar

Nombre de messages : 140
Date d'inscription : 28/10/2006

MessageSujet: Re: Un rondouillard dans le brouillard   Sam 24 Mai - 20:45

Le pauvre passeur s'était endormi sur sa belle nape, un rond de bave prouvant la chose. Surement que la boisson au myrtilles y était pour quelque chose..

Béatrice venait de rentrer la tête par la fenêtre, réclamant un peu d'attention et aussi sa traite du matin. Le Passeur prit le temps de déposer une petite couverture sur son invité, sortit pain et fromage, puisa un cruchon d'eau fraiche et alla voir à ses occupations à l'extérieur.

Pour une fois depuis des semaines, le Monstre du lac semblait avoir voulu laisser dormir le vieux bonhomme en ne se plaignant pas de la nuit.

Après ses petites corvées du matin et une toilette bien mérité, il revint à sa demeure voir l'état de la situation. Il espérait que Kafe ait prit un peu d,eau de Jouvence dont le cruchon était rempli pour se remettre de sa soirée bien arrosée (c'est le secret des nombreuses fêtes des Adeptes). Il espérait bien qu'il pourrait sous peu faire traverser se seigneur qui méritait à être connu des Adeptes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kafe_jolimome



Nombre de messages : 9
Date d'inscription : 22/05/2008

MessageSujet: Re: Un rondouillard dans le brouillard   Dim 25 Mai - 0:55

"Bon sang d'mes miches qui collent au seau... J'te tiens une de ces raidances ! Voilà c'que c'est d'abuser d'la myrtille frottée..."

La douce effluve prenante d'un vache à pâte molle taquinait gentiment les narines du Seigneur Jolimôme encore fractale de la veille. Pour sûr, il y avait réveil plus commun !
De la Marie-merde-d'yeux plein les mirettes, Kafê s'étira longuement comme un chat arthritique tout en se demandant où il était.
Une cabane exiguë, un confort spartiate mais non dénué de finesse, quelques bibelots exotiques sur les murs à moins que ce ne fussent quelques artefacts puissants et cette nappe aux motifs surranés quoique très richement brodée... Il était bel et bien dans la cabane du Passeur.
Bien qu'il eût une pâteuse plus que chargée, Kafê ne put s'empêcher de gratter un quignon de pain pour enrober une fine lame de ce fromage prometteur. Sans doute provenait-il de Béatrice et du savoir-faire du Passeur ? Kafê prit note de féliciter son hôte pour ses talents de fromager.

Ce n'est qu'en s'apprêtant à sortir prendre l'air qu'il remarqua le cruchon pourtant bien visible sur la table. Un peu d'eau fraîche n'était pas de trop pour se débarrasser des toiles d'araignée de la tête, pensa-t-il. Dès la première gorgée de cette eau claire, ce fut comme si non seulement son corps, mais aussi toute son âme venaient d'être rafraîchis dans une grande éclaboussure vivifiante. Soudain, les sons de la nature se faisaient plus proches, le paysage se faisait moins terne, ses poumons ne semblaient jamais vouloir se vider...


"Corne de Sambleu ! Quel prodige est-ce donc ? Il me semble que je rêvais et qu'à présent, je vis enfin !"

Tout à son ahurissement, Kafê Jolimôme se lança dans une gigue endiablée que seuls les plus sobres peuvent danser et ne vit pas que le Passeur revenait de sa ronde matine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
le passeur

avatar

Nombre de messages : 140
Date d'inscription : 28/10/2006

MessageSujet: Re: Un rondouillard dans le brouillard   Dim 25 Mai - 16:48

Voyant le pauvre seigneur danser de la sorte devant sa porte, le Vieux passeur pensa immédiatement à une invasion de puces. L'année 73 avait été virulente dans ce domaine et une seule facon de s'en débarasser était de prendre un bain...
Il se précipita (tout de go) vers le lac, remplit un seau de l'eau fraiche et salvatrice, propulsa son contenu vers le sieur Kafe. Il ne prit même pas le temps de regarder le résultat qu'il retournait à la source afin de repuiser du remède contre l'intrusion. Il devrait penser à faire le même traitement à Béatrice. Une autre journée de gaché pensait-il.

C'est en revenant avec le deuxième seau quil s'appercut de la mine du seigneur et de l'effet ultrarapide de sa médication. Le dit seigneur ne dansait plus du tout.

-Ca va? demanda-t-il, le seau pret à un second déversement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kafe_jolimome



Nombre de messages : 9
Date d'inscription : 22/05/2008

MessageSujet: Re: Un rondouillard dans le brouillard   Dim 25 Mai - 17:47

"Ecume de borgne, vieux Passeur !!!"

Tel un dément en pleine crise, Kafê souriait de toutes les dents dont il était capable.

"Sûr que ça va, Passeur !"

Si le premier seau l'avait arrêté net dans sa farandole solitaire, il ne semblait pas s'apercevoir qu'il était trempé des poux jusqu'aux orteils. Ce n'est que lorsqu'il voulut mordre dans sa tartine au fromage que Kafê se rendit compte de son état.

"On dirait que l'quignon a fait mouillette, hein ? J'm'en allais vous faire bisette, mais vaudrait mieux que j'rince ma gueule. Et pas à la gnôle, même si je pète de tous les feux d'un Dieu pyromane..."

Conscient de sa méprise, le Passeur proposa une serviette en grommelant des excuses. Mais Kafê riait au contraire de tout ceci tout en essuyant sa tignasse auburn.

"Votre cruchon, ça vous fouette un aller-retour dans l'bourre-pif, j'me suis jamais senti aussi bien ! C'est d'l'infusion ou quoi ? Quoiqu'on sente ni d'odeur ni de goût spécial. On dirait que c'est le vrai goût de l'eau si elle devait en avoir un. Mais j'suppose que c'est un secret d'fabrication que j'ai pas à connaître pour l'instant. J'vous ai pas dérangé c'tte nuit, au fait ? Parce que ça m'arrive d'avoir les narines qui s'dilatent et y a d'ces cochoncetés qui viennent s'y coller profond, alors après, j'vous trompette une de ces charges d'apocalypse..."

Le cruchon semblait avoir délié une langue qui ne voulait plus s'arrêter. Kafê Jolimôme parlait, parlait... Et le Passeur, patient au-delà de toute norme attendait de pouvoir en placer une et de l'inviter à embarquer.
Mais l'idée de traverser le lac avait pris la tangente dans la tête de Kafê tellement il trouvait la compagnie du Passeur agréable.

La matinée s'écoulait en suivant le lit du temps quand le soleil darda ses rayons de chaleur pour signifier qu'il était à son zénith.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
le passeur

avatar

Nombre de messages : 140
Date d'inscription : 28/10/2006

MessageSujet: Re: Un rondouillard dans le brouillard   Dim 25 Mai - 18:35

Le vieux passeur ne put que sourire face à la situation et à la joie de vivre de ce rondouillet personnage. pour sur qu'il s,en ferait un bon compère si celui-ci restait parmi les Adeptes... les Adeptes!

Il est vrai que ce seigneur était venu pour la traversé et non pour prendre une douche ou discutailler avec ce Vieillard qu,il était.

-monseigneur, le temps passe. Votre compagnie m'est fort agréable et votre linge commence heureusement à sécher, contrairement au quignon de pain que vous pouvez bien jeter au monstre (il adore les restant de table le gourmand). Vu que notre eau de jouvence semble vous avoir donner goût à la vie, je vous en offre un cruchon, mais sachez que les Adeptes et voyageurs peuvent venir librement venir recueuillir une quantité d,eau pour des fins thérapeutiques mais sont puni par Dionysos lui-même s'il en font commerce. Entre nous, il inverse le processus à tout ceux qui exploitent cette source à mauvais escient.

Donc, sans vouloir vous presser, je vous propose de prendre place dans mon humble ambarcation afin de vous mener à l'ile des plaisir ou vous connaisssant un peu maintenant, vous serez surement interessé par notre fontaine de vin Dionysien.... Certains disent que c'est Divin, d,autres que c'est comme la pisse de dieu (voir le plastron des Adeptes), mais bon, chacun c'est gouts.

J'ai déjà envoyé ce matin un Angelot a Jjcosto annoncant votre visite. Vous devirez être bien accueuilli à l'antre de la Ménade.

Alors, si vous désirez prendre place, laisser vos membres (et bourelets) à l'intérieur afin de ne pas titiller l'appétit de la Bête, je vous conduis de ce pas (quoique de magie serait plus le mot adéquat) vers la raison réelle de votre visite.




Même Béatrice semblait être décu du départ du seigneur qui sentait la paille fraiche. Mais elle retourna brouter dans le pré, tenant son rôle de gardienne pendant les absences de son maitre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kafe_jolimome



Nombre de messages : 9
Date d'inscription : 22/05/2008

MessageSujet: Re: Un rondouillard dans le brouillard   Dim 25 Mai - 19:00

Après une dernière accolade avec Béatrice, Kafê Jolimôme prit donc place dans la barque du Passeur, passablement intimidé à l'idée de se faire grignoter les poignées de ses portes à double-battant d'amour par le Monstre du Lac.
Mais la traversée était plaisante en compagnie du vieil homme et bientôt, Kafê se sentant d'humeur joviale, sortit de sa besace une vieille guimbarde à laquelle il ne restait que deux cordes et, tout en les taquinant distraitement, il riait maintenant à l'idée du Monstre fondant sur son gras.


"Comme on dit chez nous, à Ralame : Notre gras est tendre, nos poignées d'amour encore fermes et nos saucisses confites valent bien nos femmes. C'est dire la valeur de nos femmes !...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un rondouillard dans le brouillard   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un rondouillard dans le brouillard
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Jour 3 : Dans le brouillard!
» « Désolé pour hier soir d'avoir fini à l'envers, la tête dans l'cul, l'cul dans l'brouillard » [Bunsit] /!\ Hentaï
» Au chant du coq, le brouillard se dissipe | Kassandra
» Derrière le brouillard...
» Haïti: un camion plonge dans une rivière, des dizaines de victimes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Adeptes de Dionysos :: Le quai du Passeur-
Sauter vers: